Y a le gant qui prend feu !

18.10.2018

Écrit par

  

 

À la suite de ces premiers jours passés avec Ours au Canada, on s’est dit que ce serait pas mal de faire un post qui raconte quelques anecdotes de notre vie au quotidien. Voici donc de quoi nous remplir de souvenirs.

 

 

 

Le jour où on a voulu manger des courgettes.

 

Nous ne sommes pas des américains. Nous, on ne mange pas que des frites, des hamburgers, des hot-dogs et des pizzas. Même si on aime ça aussi, de temps en temps on veut manger des légumes. Ouais...eh bien c’est pas si simple.

Il se trouve que régulièrement depuis le début de notre périple, nous garons Ours sur un des nombreux parkings de l’enseigne Walmart, un genre de grande surface fourre-tout qu’on trouve absolument partout et qui autorise le squat des nomades sur 4 roues. En régions dans ces magasins, on trouve vraiment tout ce qu’il nous faut. Mais à notre plus grande surprise, pas à Montréal...

 

Ce jour-là donc, Camille s’était mis en tête de cuisiner des courgettes au pesto. Riche idée ! Mais il nous fallait donc des courgettes. Après avoir arpenté notre grande surface en long, en large et en travers, nous avons fini par demander à une employée où diable pouvaient bien se trouver les légumes. Réponse : « Je ne sais pas ». On s’est regardés tous les deux, stupéfaits. J’ai demandé alors où, dans les environs, nous pouvions éventuellement en acheter (on était prêts à payer le prix !). La dame est restée un instant interdite puis m’a lâché la même réponse qu’à la question précédente : « Je ne sais pas ». What the fuck ?!

 

Ce Walmart était immense, il était entouré d’autres grandes surfaces immenses et pas une qui ne vende des légumes frais ? C’est une blague ?Ben pas du tout. Nous avons alors décidé d’en avoir le cœur net et nous sommes partis, à pied, à la recherche du paradis de la courgette perdue. Dans cette grande zone commerciale façon empilement de magasins Ikea (de gros entrepôts les uns après les autres) nous sommes finalement tombés sur une enseigne vendant de la nourriture au détail.

 

Ah ! Lueur d’espoir, frissons, high-five... En effet, une fois à l’intérieur, nous avons eu confirmation qu’ils vendaient bien au détail...des bonbons, des cacahuètes, des moules à gâteaux à l’effigie de Dark Vador...mais aucun putain de légume !

 

Bref. On a mangé une pizza.

 

 

 

Le jour où la panique a pris le dessus.

 

Un camping-car, même s’il est bien conçu et bien aménagé, ça reste un endroit exigu. La plaque de cuisson par exemple, comporte certes 3 feux mais l’espace de cuisson est vraiment réduit alors il faut s’habituer aux proportions. C’est un peu une dînette mais avec tout ce qu’il faut dedans.

 

Ainsi, alors que je racontais une histoire à Charlie en m’aidant d’un de ses livres préférés, voilà tout à coup que j’entendis crier Camille depuis l’espace Cuisine :« Y a le gant qui prend feu ! Y a le gant qui prend feu ! » Ni une ni deux, je me précipitai vers l’arrière du véhicule et je vis Camille qui agitait le bras dans tous les sens, avec à son bout, une manique effectivement incandescente. Je lui déboitai presque l’épaule lorsque je réussis enfin à stopper ses mouvements de panique pour lui arracher le gant et le balancer à l’extérieur.

 

Fort heureusement, la manique était ignifugée (pas con) et elle avait noirci mais sans vraiment prendre feu ! La raison ? Le gant s’était approché un poil trop près du bruleur lorsque Camille avait voulu saisir la petite casserole (celle-ci n’a pas de queue donc forcément, pas pratique).

 

Bref. Pas de panique en manique.

 

 

 

Le jour où le chou-fleur voulut commettre un attentat.

 

Toronto. Ville tentaculaire aux autoroutes à deux fois 8 voies. Du délire.

Une cité où vouloir conduire un camping-car relève du défi absolu, voire de l’imbécillité la plus profonde. Je vous laisse choisir. Quoiqu’il en soit lorsque vous débarquez là-bas, tout se complique pour le conducteur.

 

Il faut en effet prendre garde par exemple à la file que vous prenez. Oui car en ville, il est possible de tourner à droite au feu lorsque ce dernier est pourtant rouge. Donc si vous voulez aller tout droit et que vous êtes sur la file de droite, vous gênez celui de derrière qui vous le fait rapidement remarquer (ainsi que tous ses potes qui attendent aussi pour tourner).

Mais il faut aussi faire attention à ceux qui circulent justement sur la voie de droite et vous doublent sans hésiter. Et en même temps aux piétons. Aux bus scolaires. Aux limitations de vitesse.../... Et aux feux qui passent au rouge sans crier gare.

 

Ce jour-là donc, nous arrivions à Toronto. J’étais lancé sur la file de gauche à la vitesse réglementaire de 50 km/h et guettais un bus devant nous sur la file de droite. Il s’élançait et semblait vouloir venir devant nous. C’est alors, je vis le feu du carrefour passer à l’orange. Merde, freinage d’urgence ! Je plaquai alors mon pied sur la pédale de frein pour arrêter le bordel de 3,5 tonnes que je conduisais, et ce dernier s’arrêta juste sur la ligne.

 

Nous entendîmes un gros « boom » à l’arrière. Mais rien d’autre. Aucun signe particulier et le son en question ne semblait pas provenir d’une collision. Le feu passa au vert. Je conduisais avec une extrême concentration, de peur de faire une erreur de plus, plus ou moins fatale.

 

Dans un virage, un nouveau feu se présenta. Je m’arrêtais normalement quand Camille dit soudain : « Ben qu’est-ce qu’il fait là celui-là ? ». Elle tendit la main juste à côté des pédales devant moi et saisit un chou-fleur de la taille d’une balle de handball. Il avait roulé depuis la cuisine, parcourant les 6m50 qui séparent le fond du camping-car de la cabine de conduite et se tenait prêt à commettre l’irréparable. Je vous laisse en effet imaginer ce qu’il se serait passé s’il s’était glissé sous la pédale de frein !

 

Bref. Le chou-fleur, c’est dégueulasse ET dangereux.

 

 

 

Le jour où les oies prirent le dessus.

 

Au New Brunswick, dans une petite bourgade du nom de Woodstock (mais rien à voir avec un quelconque festival hein), nous avons stoppé Ours près d’une aire de jeux pour que Charlie puisse, comme tous les jours, aller se dégourdir les jambes et jouer tout simplement à des jeux de son âge. Assis sur les marches du camping-car, je regardais les filles rire en contre-bas lorsque j’entendis un vacarme approchant au-dessus de moi. Je vis alors passer des oies, bien alignées les unes derrière les autres. Mais qu’est-ce que... ?

 

Le temps que je me pose la question, je réalisais qu’elles migraient tout simplement vers le sud (la boussole du Smartphone me le confirma plus tard) et quittaient les températures fraîches du Canada. J’étais émerveillé de voir ça. Sans doute très commun pour les canadiens mais pour nous autres petits parisiens, du jamais vu.

 

Plus tard à Toronto, on en vit d’autres, cette fois posées en vrac au beau milieu d’une rue. C’était la pause, visiblement, un peu comme sur une aire d’autoroute de l’A6 en direction du sud. Une voiture approcha. Mais les bestioles s’en foutaient complètement et rechignaient carrément à céder la place. Oh, les humains ! Ça fait des milliers d’années que nous-autres les oies, on fait ça. Alors dégagez !

 

Bref. Les oies du Seigneur sont impénétrables. (désolé).

 

 

 

Le jour où 4 = 16

 

On l’a déjà dit, dans un camping-car (du moins dans ceux conçus en Europe) il n’y a pas une place folle où entasser des quantités de choses. Mais voilà, nous sommes en Amérique du Nord et ici, il y a beaucoup de place partout. Ce qui fait qu’ils ont le goût de la démesure. Alors faire les courses pour ce dont nous avons réellement besoin relève du défi. Surtout pour les consommables basiques genre PQ, mouchoirs, lait, etc.

 

Charlie face à 8 kg de riz...

 

Ce jour-là donc, nous nous étions attelés à faire quelques courses dans un...Walmart pour changer. Il n’était pas prévu que d’y passer un temps fou mais c’était sans tenir compte des formats nord américains !

J’avais donc la tâche d’aller chercher du PQ dans les nombreuses allées du magasin. Je passais devant les surgelés et les pots de glace de 8 litres, puis dans la rangée de l’eau et ses bouteilles de 2, 4, 8, 10 et même 25 litres, pour enfin trouver le rayon dédié aux papiers en tous genres. Je me mis à chercher un paquet de 4 rouleaux de papier toilette.

 

On aurait besoin de 2 - 3 carottes pour ce soir... 

 

Mais non, le plus petit en faisait 16 ! Alors question se pose. Est-ce que le nombre de rouleaux de papier a un rapport avec ce qu’ils mangent ? Ou bien est-ce seulement dû aux habituelles démesures ?

Quoiqu’il en soit, nous avons dû batailler pour faire rentrer 16 rouleaux dans un emplacement pour 4.

 

Bref. Y a du PQ dans le placard à chaussures.

 

 

 

Le jour où le risotto se mit à jouer les équilibristes.

 

Ouais. On apprend en tombant. Fort heureusement pour les genoux de Camille, le risotto n’est pas tombé cette fois-ci. Et pourtant...

 

Ce jour-là donc, nous avions posé Ours sur le parking d’un Walmart et Camille s’affairait en cuisine lorsque tout à coup : « y a plus de gaz ! ».

Ah ! La tuile... mais par chance, nous n’avions pas choisi un coin en pleine cambrousse pour passer la nuit et le Canadian Tire (sorte de mariage à trois entre un Leroy Merlin, un Foirefouille et un garage mécanique) n’est pas super loin. Mais tout de même, il nous fallut y aller en camping-car !

C’est ainsi donc qu’en pleine nuit, nous avons dû rouler à 20 km/h pour éviter que le risotto, encore très liquide, ne s’évade du saladier que Camille tenait sur les genoux avec angoisse.

 

Bref. Je suis sympa, j’ai roulé gentiment.

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Jacacha !

Jacacha comme Janko, Camille, Charlie. Nous sommes un couple et leur petite fille de 2 ans en route pour l'Aventure sur le continent américain.

Nous serons heureux d'avoir de vos nouvelles alors n'hésitez pas :

  • Black Instagram Icon
  • Black Facebook Icon
Ne ratez aucun post !
Recent Posts:

"Ours", le VAN TOUR

17/06/2019

Mexico City

31/05/2019

Mariposas et civilisations perdues

10/05/2019

1/13
Please reload

Une famille partie à l'Aventure !

Nous sommes un couple et leur petite fille ayant décidé de parcourir le Monde dans un camping car spécialement aménagé. Vous pouvez également suivre toutes nos aventures sur notre

chaîne Youtube. N'hésitez pas à nous laisser un petit mot, nous serons heureux de vous lire ! 

© 2018-2019  JaCaCha

  • Black Instagram Icon
  • Black Facebook Icon